Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Jorge Brites.

Pour ce deuxième volet du podcast L’allumeur de réverbères sur la question haratine en Mauritanie, nous retournons à Nouakchott pour comprendre les ressorts et les enjeux de la condition des Haratines – du nom des descendants d’esclaves au sein de la communauté maure (arabo-berbères).

Dans le premier épisode (En Mauritanie, la question haratine (1/2) : entre héritage de l'esclavage et revendications identitaires), nous avions donné le micro au Professeur Abdel Wedoud Ould Cheikh, anthropologue spécialiste de la Mauritanie, et de l'activiste culturel Mohamed Ali Bilal, initiateur du Festival Leyali Elmedh (« les nuits du Medh »), qui nous avaient éclairé sur le contexte historique de la traite esclavagiste orientale et sur l'émergence d'une identité haratine à part entière.

Pour affiner notre compréhension sur la condition des Haratines au regard des droits juridiques et civiques, mais également sociaux et économiques, nous sommes allés à la rencontre de deux personnalités :

  • Maître Fatimata Mbaye, avocate et présidente de l'Association Mauritanienne des Droits de l'Homme (AMDH) ;
  • Brahim Bilal Ramdane, président de la Fondation Sahel pour la défense des droits de l'Homme, l'appui à l'éducation et à la paix sociale.

Avec eux, nous avons abordé la question de l'accès à l'état civil, la persistance de pratiques d'esclavage, la lutte politique et civique, ainsi que le rôle central que peuvent jouer l'instruction scolaire et l'éducation dans l'émancipation des Haratines.

Quartier de Tarhile, dans la commune de Riyad, à Nouakchott. Ce quartier périphérique de la capitale, très majoritairement peuplé de Haratines, est marqué par un accès problématique à de nombreux services publics essentiels (eau courante, électricité, ramassage des ordures et assainissement, etc.).

Quartier de Tarhile, dans la commune de Riyad, à Nouakchott. Ce quartier périphérique de la capitale, très majoritairement peuplé de Haratines, est marqué par un accès problématique à de nombreux services publics essentiels (eau courante, électricité, ramassage des ordures et assainissement, etc.).

Suivent les liens des organisations de la société civile mauritanienne dont sont membres les personnes interrogées dans ce podcast :

  • La page Facebook de l'Association Mauritanienne des Droits de l'Homme :
  • La page Facebook de la Fondation Sahel pour la défense des droits de l'Homme, l'appui à l'éducation et à la paix sociale :

La musique de hip-hop « Liberté anti-esclavagiste » des artistes Yero Gaynaako et Noiritanien :

*  *  *

Retrouvez également les podcasts sur la chaîne YouTube de L'allumeur de réverbères :

Sur la plateforme SoundCloud :

Sur la plateforme Audioblog Arte Radio :

*  *  *

Entretiens et montage : Jorge Brites.

Enregistrements : Aliya Abass et Faty Kane.

Musique du générique : le groupe Iñigo Montoya.

Tag(s) : #International, #Podcast, #Podcast Mauritanie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :